BSI : Ce seront à nouveau les employés qui trinqueront

24. Mai 2016

L’ASEB est indignée par la gestion fautive des responsables de la  banque BSI. Elle attend de ses responsables– direction et conseil d’administration –  anciens et actuels un engagement actif dans le but de sauver les emplois et les affaires de la banques. Les employés de la banque ne doivent pas subir les conséquences des décisions fautives de leur employeur. L’ASEB salue la décision de la Finma d’autoriser le rachat de BSI par EFG International, permettant ainsi de sauver des emplois et des affaires. Elle appelle EFG à honorer le travail et les compétences de ce personnel.
Un personnel bancaire bien mal protégé
Les responsables des transactions malhonnêtes constatées par la FINMA doivent être sanctionnés, mais seulement ceux-là.  Les exécutants et les employés de banque non concernés doivent cependant être clairement lavés de tout soupçon dans ces affaires. Le droit du travail suisse exige en effet de l’employé qu’il suive les directives énoncées par l’employeur. En l’absence de protection efficace contre le licenciement notamment en cas de whistlebowing (souffleur d’alerte), les employés de banque nepeuvent être rendus responsables pour les agissements de la banque. Malgré cela ils risquent de payer le prix fort de cette affaire que ce soit en termes d’emploi ou de réputation professionnelle.  L’ASEB souligne encore une fois la situation difficile des employés de banque qui sont confrontés à de lourdes responsabilités en matière de contrôle des risques, soumis à des exigences de performance élevée et à un devoir de confidentialité illimité et ne bénéficient d’aucune protection valable.
Des employés compétents à respecter
La décision de la FINMA d’autoriser le rachat total de la BSI par EFG international est la reconnaissance du travail des collaborateurs. Elle oblige EFG. La réduction des coûts et les efforts de synergie annoncés par EFG ne doivent pas se faire au détriment du personnel. Les compétences et le savoir-faire des employés de BSI seront particulièrement importants pour rassurer les clients et assurer ainsi le succès de l’intégration de BSI. L’ASEB attend de EFG la reconnaissance de cette compétence et une politique d’emploi généreuse. A moyen et long terme, EFG s’assurera ainsi la fidélité des employés et des clients.
Natalia Ferrara
Schweizerischer Bankpersonalverband
Regionalsekretariat Tessin
T 091 921 26 51
natalia.ferrara@sbpv.ch
>
Tagesanzeiger: Ein beispielloser Skandal>
NZZ Wirtschaft: Das Ende der BSI – Strategiewechsel wird zur Irrfahrt>
NZZ Wirtschaft: Der Tessiner Finanzplatz und der Fall BSI – Lange Gesichter in Lugano>
Ticino online: A rischio 500 posti solo a Lugano>
ticinonews: Indignati dalla gestione di bsi>
ticinolibero: ASIB a favore dei dipendenti BSI non devono pagare loro