Livraison des données personnelles d’employés de banque vaudois : L’ASEB propose ses services pour la mise sur pied de la cellule de soutien

11. September 2014


En adoptant la détermination en lien avec l’interpellation 13_INT_179, le Grand conseil vaudois suggère au Conseil d’Etat de mettre sur pied une cellule de soutien aux employés de banque concernés par la livraison de leurs données personnelles aux USA. L’ASEB se réjouit de l’adoption de cette détermination.

L’ASEB a écrit à M. Philippe Leuba, Conseiller d’Etat en charge de la BCV, pour lui proposer ses services pour la mise en place de la cellule de soutien.
L’ASEB est, du côté des employés, le principal partenaire social du secteur financier. Elle est initiatrice et signataire de la convention entre partenaires sociaux visant à protéger les employés des conséquences de la livraison de leurs données. Sur mandat des partenaires sociaux, elle gère le Fonds pour cas de rigueur prévu par la convention et traite les demandes des employés. Ce fonds est accessible à tous les employés et ex-employés concernés, indépendamment de leur affiliation à l’ASEB ou à une autre association. En outre, l’ASEB a, depuis le commencement des livraisons de données personnelles aux USA (avril 2012), conseillé plusieurs centaines de personnes concernées, notamment pour les informer de leurs droits et des conséquences potentielles.
Par ailleurs, l’ASEB a une longue expérience en matière de conseils et de soutien aux employés de banque. Son activité l’amène à entretenir des contacts réguliers avec les directions et départements RH de nombreuses banques, ainsi qu’avec les commissions du personnel. Elle est donc parfaitement à même d’apporter aux employés vaudois concernés le conseil et le soutien professionnels dont ils ont besoin et de les représenter dans la cellule de soutien.
Berne, le 11 septembre 2014

Renseignements

Jean Christophe Schwaab, président de la région suisse romande de l’ASEB, conseiller national
078 690 35 09

 

Denise Chervet, directrice de l’ASEB
0848 000 885

Lettre à M. Philippe Leuba, conseiller d’Etat>