Restructuration au CS malgré de bons chiffres semestriels – revendication de l’ASEB d’arrêter de restructurer jusqu’à la fin de l’année en raison de la crise du Covid

25. août 2020

Zurich, le 25 août 2020 – L’Association suisse des employés de banque (ASEB) critique la décision du Credit Suisse de restructurer à une époque d’incertitude économique nationale et mondiale, alors que les résultats financiers au milieu de l’année sont brillants avec un bénéfice de CHF 2,5 milliards. Contrairement à d’autres secteurs de l’économie, le secteur financier a été largement épargné par la crise de Covid. Cette décision démontre un manque de solidarité vis-à-vis des employés dans un contexte de tensions sur le marché du travail. Avec l’intégration de la Neue Aargauer Bank dans la CS s’achève également de manière douteuse une longue histoire avec un fort ancrage régional et dont l’issue est incertaine.

Revendication de l’ASEB d’un gel des restructurations au moins jusqu’à la fin de l’année
Depuis le début de la crise de Covid, l’ASEB a déjà demandé à plusieurs reprises que les banques, en raison de leur stabilité, pour ne pas dire de leurs activités anticycliques, renoncent à toute restructuration au moins jusqu’à la fin de l’année à cause de la crise sanitaire et dans un marché du travail tendu (4’214 chômeurs dans le secteur bancaire à la fin de juillet 2020). La décision de CS de procéder à une restructuration avec des suppressions d’emplois malgré des chiffres semestriels positifs fait donc douter de la solidarité à l’égard des employés. Non seulement il sera très difficile pour le personnel de trouver un nouvel emploi, mais le CS proposera également moins de postes sur le marché du travail.

NAB : une belle histoire qui se termine mal
En dépit d’une hausse des bénéfices de 2,2% fin 2019, à CHF 121,5 millions, grâce à l’augmentation des nouveaux fonds, la Neue Aargauer Bank (NAB) doit maintenant subir la décision du CS. Pour les collaborateurs de la NAB, qui s’identifient sans doute davantage à une banque régionale qu’à une multinationale, c’est un coup très dur et, en même temps, beaucoup de risques pour le CS. Combien de collaborateurs et de clients accepteront cette décision et participeront au changement ? N’oublions pas que les origines de la NAB remontent à 1812 et sont résultent de la fusion de plusieurs banques régionales. En 2010, CS a racheté toutes les actions de la NAB, marquant ainsi le début de la fin de l’histoire de la NAB, qui existe sous ce nom depuis 1989.